Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Texte libre



VIDEO
Vea el documental
"Los Guerreros del Arcoiris"
Cooperativa Humana/YVKE Mundial
aporrea.org/internacionales/n113165.html

Recherche

9 mai 2012 3 09 /05 /mai /2012 20:36

 

070512_140823_bonamici_nuHqej.jpg 

République Bolivarienne du Venezuela

Ministère du Pouvoir Populaire pour les Affaires Etrangères

         COMMUNIQUE

Le Président de la République Bolivarienne du Venezuela, le Commandant Hugo Chavez, félicite le président élu de la République Française, Monsieur François Hollande, qui a remporté une nette victoire dans le second tour des élections présidentielles le dimanche 6 mai 2012.

Trente et un ans après la victoire historique de François Mitterrand, et dans le contexte d’une Europe assiégée par la crise économique, le peuple français a réaffirmé sa profonde vocation républicaine, qui place la volonté politique au dessus de la fatalité des marchés, la sensibilité sociale au dessus des ordonnances financières et la justice et la solidarité au dessus de l’exclusion.

Dans cette conjoncture historique marquée par la crise structurelle du capitalisme, le gouvernement bolivarien du Venezuela fait le vœu que dans cette nouvelle période politique, la France reprenne le chemin de la construction d’un monde multipolaire, où règnent la paix, le respect de la souveraineté et la solidarité entre les nations.

En cette occasion spéciale, le Président Hugo Chavez et son gouvernement réitèrent leur volonté d’approfondir la coopération avec la République Française et, sur la base du respect mutuel, d’explorer des espaces d’échange novateurs qui aident à élever à un autre niveau les relations historiques d’amitié qu’ont maintenu nos pays.

Caracas, le 06 mai 2012

http://www.embavenez-paris.fr/noticias/noticia_detalles.php?id=2313

 

Repost 0
Published by Cercle Bolivarien de Paris - dans Accueil
6 janvier 2010 3 06 /01 /janvier /2010 09:10

fidel-chavez

dans une planète respectée

Repost 0
Published by Cercle Bolivarien de Paris - dans Accueil
13 novembre 2009 5 13 /11 /novembre /2009 21:08

COMMUNIQUÉ  DE MÉMOIRE DES LUTTES 

 

La perspective de la remise, par l’Institut catholique de Paris, d’un doctorat honoris causa au cardinal pustchiste de Tegucigalpa, Oscar Rodriguez Maradiaga, ainsi qu’à Michel Camdessus, ancien directeur général du FMI, avait été vécue comme une provocation par toutes celles et tous ceux qui luttent pour le retour à la démocratie au Honduras et contre les politiques néolibérales de l’institution que dirige actuellement Dominique Strauss-Kahn. 

Il faut rappeler que le cardinal Maradiaga a été désigné par le gouvernement constitutionnel du Président Zelaya comme l’un des auteurs du coup d’Etat, et que, par ailleurs, comme l’a signalé l’ambassade du Honduras en France, il est accusé de corruption et de malversations de fonds publics par plusieurs organisations honduriennes. 

En ce qui concerne Michel Camdessus, François Houtart, professeur émérite de l’Université catholique de Louvain, a pu écrire que « s’il existait une Cour pénale internationale pour les crimes économiques, M. Michel Camdessus se trouverait sur le banc des accusés pour crime contre l’humanité ».  

Tels sont les deux tristes personnages que l’Institut catholique de Paris s’apprêtait à honorer.  

La vague de protestations internationales qui a suivi cette annonce a conduit l’Institut à « reporter » à une date ultérieure la cérémonie prévue le 24 novembre. Dans un communiqué du 13 novembre, qui ne trompera personne, l’Institut indique en effet que le cardinal est « dans l’impossibilité de se rendre physiquement à Paris » à la date prévue. 

Pour Mémoire des luttes, qui avait alerté les mouvements sociaux, politiques et citoyens sur le scandale qui se préparait, et qui avait assuré la coordination du collectif constitué pour l’empêcher, MM. Maradiaga et Camdessus sont indésirables dans quelque institution académique que ce soit, et à quelque date que ce soit. 

Il faut donc espérer que le report annoncé par l’Institut catholique de Paris  vaut annulation définitive. Si tel n’était pas le cas, la mobilisation contre toute tentative de récidive serait encore plus forte, et Mémoire des luttes y contribuerait activement. 

Paris, le 13 novembre 2009.



Repost 0
Published by Cercle Bolivarien de Paris - dans Accueil
2 novembre 2008 7 02 /11 /novembre /2008 11:24

KNEZEK Muriel

Samedi 25 octobre 2008 s’est tenue, à la Maison de l’Amérique latine à Paris, une conférence internationale (Venezuela : pour une politique européenne indépendante) sur l’appui que souhaite donner l’Europe à la question de la démocratie et du progrès social vénézuéliens. Rassemblés en séance plénière et en ateliers, Mémoire des luttes et le Labour Friends of Venezuela anglais ainsi que le Venezuela Information Centre de Londres ont convié de nombreux acteurs de la société alternative européenne et vénézuélienne pour marquer le pas vers un soutien sans équivoque à l’Amérique latine et à son pays phare, le Venezuela.

Dans un contexte de crise circonscrite, qui n’est pas seulement financière mais globale, le crash actuel du néolibéralisme mondial déboussole naïvement le monde occidental. Le bilan désastreux de la globalisation politique, économique et culturelle de ces 20 dernières années oblige à penser à réformer au plus vite le monde dans son modèle avant qu’un grand danger ne vienne menacer définitivement l’avenir de la civilisation planétaire. http://www.legrandsoir.info/spip.php?article7333

Repost 0
Published by Cercle Bolivarien de Paris - dans Accueil
23 mai 2007 3 23 /05 /mai /2007 15:48

S.O.S. VÉRITÉ - S.O.S. VÉRITÉ - S.O.S. VÉRITÉ
Réponse des amis de la vérité et la justice à la guerre sale
contre la démocratie vénézuélienne


Au Parlement européen, une motion déposée par la droite (PPE et libéraux) « en urgence », visant à condamner le gouvernement vénézuélien pour non-respect de la liberté d'expression, doit être votée ce jeudi 24 mai 2007 (1). Il s'agit de condamner le non-renouvellement de la concession hertzienne de la chaîne de télévision RCTV, premier média privé au Venezuela.

Imaginez une sorte de TF1 en dix fois pire : une chaîne qui ne respecte ni son cahier des charges, ni la loi des télécommunications; qui fait de la publicité clandestine pour du tabac et de l'alcool (interdite au Venezuela), mais aussi de la publicité subliminale pendant ses programmes pour la jeunesse (2); qui diffuse au détriment de la réglementation du pays des programmes à caractère pornographique et ultra violent ; qui ne respecte pas les quotas de production nationale; qui fraude le fisc (plus de 650 infractions rien qu'en 2006 même après plusieurs rappels a l'ordre)…

PIRE : c'est une chaîne qui a eu un rôle actif et déterminant dans les deux tentatives de déstabilisation du gouvernement démocratiquement élu, en 2002 et 2003, manipulant l'information de la manière la plus nauséabonde, ayant des propos mensongers, subversifs, insultants et même racistes envers le président vénézuélien. Tout cela, dans la plus totale impunité.
 

La concession de 20 ans octroyée à cette chaîne se termine à la fin du mois de mai 2007 et le gouvernement vénézuélien, souverain, dans le cadre de la loi et de la constitution, a décidé de ne pas la renouveller. Cette concession ne concerne que la fréquence hertzienne, la chaîne pourra donc continuer à émettre à travers le réseau câblé et le satellite. L'entreprise n'est en aucun cas fermée.

L'année dernière, en France, la concession de TF1 a été renouvelée sans le moindre débat (3). Souvenons-nous des promesses de TF1 lors de sa création : la chaîne "du sens", du mieux-disant culturel...

Au Venezuela, le mot concession a un sens.

Aujourd'hui, sur notre planète, un gouvernement ose tenir tête aux pressions du secteur privé et du "PPA" (Parti de la Presse et de l'Argent). Ce pays, c'est le Venezuela. Et le Parlement européen (j'ose rappeler qu'il est composé à 50% de droite pure et dure (PPE) et 25% de socio démocrates...) va condamner ce pays; et par là même, donner des "arguments" à tous ses détracteurs (entre autres notre chère presse: Libé, le Monde, le Figaro...).

Nous devons agir et nous mobiliser contre cette motion en diffusant le plus largement possible cette information : à nos députés européens, à nos amis, à nos voisins, à nos connaissances...


Utilisons la force du réseau Internet :
NO PASARAN !

Plus d'infos ici :
Une
note très intéressante sur le blog du Sénateur Jean-Luc Mélenchon (PS)
"L'affaire RCTV : rien à voir avec la liberté d'expression" par George Ciccariello-Maher
"Hugo Chavez et RCTV : Censure ou décision légitime ?" par Salim Lamrani
"L'opposition vénézuélienne parle de RCTV" par Romain Migus

Pour écrive a votre député, voici la liste des députés Français.


---
(1) http://www.jean-luc-melenchon.fr/article/blogview/228/1/1/
(2) http://www.observatoriodemedios.org.ve/investigaciones/imagen_subliminales.asp
(3) http://www.monde-diplomatique.fr/carnet/2007-04-04-TF1

Repost 0
Published by Cercle Bolivarien de Paris - dans Accueil
22 mai 2007 2 22 /05 /mai /2007 00:29
C’est le contrat que Marcel Granier, président du Groupe 1BC auquel appartient la chaîne pushiste RCTV, liée aux intérêts impérialistes et aux marchands d’armes, a passé avec l’entreprise étatsunienne McKinsey pour la campagne de diffamation contre le Président Chavez.
Cette guerre sale se jouera aussi bien internationalement que dans le pays où l'on veut créer un climat d’insécurité et de désordre public, prenant comme excuse le non renouvellement de la concession otorgée à RCTV. Celle-ci a diaboliquement programmé pour les derniers jours de sa concession le film La Fête du Chevreau, inspiré du roman de l'écrivain Mario Vargas Llosa, qui aborde la dictature de Raphaël Leonidas Trujillo de la République dominicaine, de 1930 jusqu’à son assassinat en1961, avec l’intention évidente d’inciter à l’assassinat du Président Chavez.
Cependant, s’il y a une dictature actuellement au Venezuela c’est bien celle des médias privés qui ont déjà fomenté le coup d’état d’avril 2002 et n’ont aucune déontologie ni respect pour la vérité ; leur l’objectif est de déstabiliser un gouvernement démocratique qui se bat pour la justice sociale et l’indépendance économique et politique d’un pays qui n’est plus l’arrière cour des USA.
Le non renouvellement de la concession d’un canal de télévision est un acte légitime et légal et ne peut être assimilé à une attaque à la liberté d’expression, RCTV peut d’ailleurs et malgré tous ses excès continuer à transmettre par cable ou internet.
 
Amis et sympathisants de la Révolution bolivarienne aidez-nous à combattre ces accusations infâmes et mensongères. Dites la vérité autour de vous. Invitez ceux qui doutent encore à consulter ce site.
 
Claude Maryse
Repost 0
Published by Cercle Bolivarien de Paris - dans Accueil
19 mai 2007 6 19 /05 /mai /2007 23:55

Voici le lien vers une interview, sur TeleSur, de l'Ambassadeur venezuelien aupres de l'UE, Alejandro Flemming, dans le cadre de l'affaire RCTV (en espagnol) :

http://youtube.com/watch?v=5J7F8Jq-xjc

Un article de Salim Lamrani sur le cas RCTV :
Le gouvernement du président vénézuelien Hugo Chávez a décidé de ne pas renouveler la licence du groupe audiovisuel Radio Caracas Televisión (RCTV) qui expirera le 28 mai 2007. Cette décision, tout à fait légale, a suscité une vive polémique au sein de la presse internationale qui s’est faite porte-parole de l’opposition vénézuelienne et a aussitôt dénoncé un cas de « censure ».
RCVT est un groupe privé qui a fait du dénigrement de la politique du gouvernement bolivarien sa principale activité. Hugo Chávez a maintes fois accusé, (...)

La suite sur le site de RISAL

Repost 0
Published by Cercle Bolivarien de Paris - dans Accueil
7 mai 2007 1 07 /05 /mai /2007 16:57
par Salim Lamrani - 05/05/2007

En avril 2007, suite aux pressions de Washington, la Commission interaméricaine des droits de l’homme (CIDH) de l’Organisation des Etats américains (OEA) a décidé d’ouvrir une enquête à l’encontre du Venezuela pour « atteinte à la liberté d’expression ». La CIDH fait référence à des agressions dont auraient été victimes certains journalistes de deux chaînes de télévision putschistes RCTV et Globovisión, durant le coup d’Etat – qu’elles avaient par ailleurs soutenu – contre le président Hugo Chávez en avril 2002. Cinq ans après les faits, la Commission a subitement jugé que les plaintes étaient recevables1.
La CIDH avait maintenu un silence étonnant suite au coup de force du 11 avril 2002, où plusieurs personnes avaient été sauvagement assassinées. Au lieu de se prononcer sur les violations massives des droits de l’homme qui ont suivi le coup d’Etat qui avait renversé Chávez pendant 48 heures, elle a préféré au contraire accorder du crédit aux plaintes déposées par l’opposition, responsable de la rupture de l’ordre constitutionnel. En réalité, le timing de cette procédure, aux motivations politiciennes, est intimement lié à la décision du gouvernement vénézuelien de ne pas renouveler la concession audiovisuelle à RCVT, qui arrive à son terme le 27 mai 2007.
Le président Chávez n’a pas tardé à réagir pour dénoncer l’hypocrisie de la CIDH qui, selon lui, ne dispose d’aucune autorité morale « pour émettre un quelconque jugement en référence aux affaires constitutionnelles du Venezuela […], car elle a largement soutenu par son silence la violation des droits de l’homme durant le coup d’Etat d’avril 2002 ». Il a également stigmatisé le manque d’indépendance de la Commission dont les instructions « correspondent aux intérêts de l’administration Bush ». « Comment vont-ils venir donner leur avis alors qu’ils ne se sont pas prononcés sur les faits inconstitutionnels et immoraux du coup d’Etat ? », a-t-il questionné2.
La position partisane de la CIDH montre malheureusement à quel point elle est tributaire de l’influence de la Maison-Blanche. Il est en effet surprenant de voir cette Commission de l’OEA tenir les autorités vénézueliennes responsables de quelques agressions sporadiques dont ont été sujets certains professionnels des médias privés, alors qu’elle a toujours refusé de condamner la fermeture de la chaîne de télévision publique Canal 8 par les putschistes en avril 2002 et les violences qui se sont ensuivies. Par cette action au timing douteux, la CIDH se prête à la campagne hostile contre le gouvernement bolivarien et vient de perdre le peu de crédibilité qui lui restait.


La question de RCTV

La décision du gouvernement vénézuelien de ne pas renouveler la concession à RCTV est une action parfaitement légale puisque le spectre des ondes hertziennes appartient à l’Etat. De plus, elle a été largement approuvée par la population, qui a encore en mémoire la participation active de cette chaîne aux sanglants évènements d’avril 2002. De nombreux observateurs se sont d’ailleurs étonnés du fait que les quatre principales chaînes d’information privées Univisión, Globovisión, RCVT et Televen, toutes complices du coup d’Etat dirigé par Washington, n’aient pas été nationalisées.
Lors d’un acte flagrant d’ingérence dans les affaires internes d’un pays voisin, le Sénat chilien a approuvé une résolution exigeant de sa présidente Michelle Bachelet qu’elle proteste contre le non renouvellement de la concession de RCTV devant l’OEA. L’accord souscrit par 18 voix contre 6 dénonce « la transgression à la liberté de pensée et d’expression », sans pour autant mentionner l’implication de la chaîne dans les évènements de 2002. L’adoption de ce texte par un Sénat dominé par une majorité de droite n’est guère surprenante, selon le président Chávez : « Il s’agit de la même droite qui avait applaudi le coup d’Etat » de 2002, « cette extrême droite qui nous hait3 ». Cet échange virulent a engendré quelques tensions entre les deux nations4.
Jesse Chacón, le ministre du Pouvoir populaire pour les télécommunications et l’informatique, a expliqué que le non renouvellement de la concession à RCTV était un fait naturel et inexorable. En effet, conformément aux articles 1 et 4 du Règlement sur les concessions pour les télévisions et les radios, l’accord qui a été signé le 27 mai 1987 avec RCTV pour une durée de 20 ans arrive à échéance le 27 mai 2007. L’espace radioélectrique actuellement occupé par RCTV sera destiné à une nouvelle chaîne publique conformément à l’article 108 de la Constitution qui stipule que l’Etat « garantira des services publics de radio et télévision et des réseaux de bibliothèques et d’informatique afin de permettre l’accès universel à l’information5 ».
Chacón insiste bien sur le fait qu’il ne s’agit pas d’une décision politique : « S’il s’agissait d’une décision politique, le 14, 15 ou 16 avril [2002] nous aurions ouvert une procédure administrative et on aurait fermé toutes les chaînes de télévision, car nous Vénézueliens savons comment elles ont activement participé au coup d’Etat du 11 avril ». Le ministre a souligné que les temps avaient changé depuis 1987 et que désormais la priorité était donnée au service public d’information6.
RCTV, en plus de sa participation avérée au coup de force de 2002, est la chaîne de télévision qui a été la plus sanctionnée dans l’histoire du Venezuela. Depuis sa création en novembre 1953, le média privé a été sanctionné pas moins de six fois par les autorités. En 1976, sous le premier gouvernement de Carlos Andrés Pérez, RCTV avait été fermée pendant trois jours pour avoir violé la loi sur les programmes télévisuels. En 1980, le gouvernement de Luis Herrera Campins avait décrété une fermeture de 36 heures pour les mêmes raisons. En 1981, elle avait également été fermée pendant 24 heures pour avoir divulgué des scènes à caractère pornographique. Sous le second gouvernement de Carlos Andrés Pérez, RCTV fut sanctionnée pendant une journée pour avoir diffusé de la propagande commerciale en faveur de la consommation de tabac. En 1991, la Cour suprême de justice avait interdit un programme non conforme à la législation. Enfin, en 2005, sous le gouvernement de Chávez, RCTV a été condamnée à une forte amende pour entente illicite avec d’autres chaînes de télévision et violation des règles de la concurrence7.
Le président Chávez a réaffirmé que la décision prise au sujet de RCTV était irrévocable. Désormais, la deuxième chaîne sera utilisée « au bénéfice de la nation et non contre la dignité des Vénézueliens8 ».

Hostilité croissante de Washington

Le leader vénézuelien a également accusé le gouvernement des Etats-Unis de stimuler l’opposition interne en vue de déstabiliser le pays. Un récent rapport du Département d’Etat accusait Chávez, qui a remporté près de 12 victoires électorales démocratiques successives depuis 1998, de représenter une « menace pour la démocratie vénézuelienne ». L’administration Bush, qui a essayé à plusieurs reprises de renverser le président bolivarien, n’apprécie guère les politiques indépendantes du Venezuela et ses succès sociaux qui installent un dangereux précédent sur le continent. Elle a clairement démontré qu’elle comptait se débarrasser de l’homme le plus populaire d’Amérique latine9.

Echaudés par les déclarations de Washington, les secteurs extrémistes de l’opposition vénézuelienne n’ont pas tardé à réagir. Le 26 avril 2007, une nouvelle bombe explosait près de l’ambassade de Bolivie à Caracas, faisant d’importants dégâts matériels, et portant à près de onze le nombre d’attentats terroristes commis durant les derniers mois. Plusieurs personnes ont été arrêtées dont deux avocats, Luis Alberto Rodríguez et Diana Carolina Mora Herrera, qui avaient placé les explosifs10.
Les Etats-Unis n’ont jamais écarté un éventuel assassinat du président Hugo Chávez. Depuis son élection, sa sécurité personnelle a été extrêmement renforcée et plusieurs plans d’attentats ont été déjoués par les services de renseignement. Washington, qui vient de libérer le Ben Laden latino-américain, Luis Posada Carriles, un terroriste responsable, entre autres, de 73 assassinats, a donné un signal clair à Caracas. Une élimination physique d’Hugo Chávez est à l’ordre du jour11.


Salim Lamrani


1 Gerardo Reyes, « Comisión de la OEA demanda a Venezuela », El Nuevo Herald, 27 avril 2007.2 Agencia Bolivariana de Noticias, « CIDH está imposibilitada moralmente para emitir juicio sobre Venezuela », 27 avril 2007. 3 El Nuevo Herald, « El Senado chileno protesta por cierre de Radio Caracas », 13 avril 2007.4Associated Press, « Gobierno chileno rechaza críticas de Chávez », 13 avril 2007. 5 Agencia Bolivariana de Noticias, « Decisión de no renovar concesión a RCTV es un hecho natural e inexorable », 29 mars 2007. 6Agencia Bolivariana de Noticias, « Cierre de RCTV no responde a una decisión política », 29 mars 2007.7Agencia Bolivariana de Noticias, « RCTV ha sido el canal más sancionado en Venezuela », 29 mars 2007.8Agencia Bolivariana de Noticias, « Presidente Chávez: Quedan pocos días al canal de la oligarquía apátrida », 1 mai 2007.9 Associated Press, « Chávez acusa a EEUU de estimular conspiraciones en Venezuela », 12 avril 2007.10 Associated Press, « Detienen abogada por atentado a embajada en Caracas », 27 avril 2007. 11Associated Press, « Chávez acusa a EEUU de nuevo complot en su contra », 1 mai 2007 ; Agencia Bolivariana de Noticias, « Presidente Chávez denuncia reactivación de planes de magnicidio », 1 mai 2007.

Repost 0
Published by Cercle Bolivarien de Paris - dans Accueil
5 mai 2007 6 05 /05 /mai /2007 13:30

Le Président vénézuélien Hugo Chavez a annoncé lundi 30 avril  la décision du Venezuela de se retirer de la Banque Mondiale et du Fonds Monétaire International en les qualifiant de "mécanismes de l'impérialisme" destinés à exploiter les pays pauvres. 
"J'annonce notre sortie de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international.

 Ils doivent nous rendre les fonds", a déclaré Hugo Chavez dans un message transmis par la télévision nationale.
"Il vaut mieux que nous sortions avant qu'on nous ait pillés. Pourquoi? Parce que (ces institutions) sont en crise. J'ai lu dans la presse que le FMI ne pouvait pas payer les salaires", a ajouté le Président vénézuélien lors d'une adresse à la nation à l'occasion de la Fête du 1er mai.
Le chef de l'Etat vénézuélien a chargé à cette occasion son ministre des Finances, Rodrigo Cabezas, de transmettre à ces deux organismes la sortie du Venezuela de leur sein.  "Ici (au Venezuela) c'est le FMI qui commandait, ce mécanisme aux mains de l'impérialisme nord-américain (...) afin de lui imposer des politiques économiques et sociales brutales", a poursuivi le chef de file de la gauche radicale latino-américaine réélu en décembre.  Selon lui, les ministres des Finances vénézué liens des cabinets précédents répondaient à des intérêts étrangers.
"Ils vivaient pratiquement là-bas à Washington et c'était presque une condition requise qu'ils parlent anglais. Moi j'ai un ministre des Finances qui parle espagnol", a-t-il souligné. 
Les Etats-Unis ont accusé M. Chavez d'être un élément destabilisateur en Amérique latine. La secrétaire d'Etat Condoleezza Rice a déclaré mercredi que M. Chavez détruisait son pays "économiquement et politiquement".

http://www.lematin.ma/Info/Article.asp?id=4031

 

 

Repost 0
Published by Cercle Bolivarien de Paris - dans Accueil
24 avril 2007 2 24 /04 /avril /2007 23:19

   Avec la présence d’Eva Golinger, Paris a célébré samedi 14 avril, les cinq ans de reprise du fil démocratique venezuelien après le coup d’état d’avril 2002. Cinq ans de résistance contre la stratégie de déstabilisation de l’Empire qui n’a eu de cesse de fomenter la rébellion contre le pouvoir légitime au Venezuela et de manipuler l’opinion publique internatio nale à travers les grands médias.
   La jeune avocate, vénézuélienne  et nord-américaine, spécialiste du droit international et de l'immigration, a présenté au cours d’une brillante conférence la version française de son livre Codigo Chavez  qui révèle  l'implication des Etats-Unis : noms des agents, méthodes de  financement, couvertures employées (partis, syndicats, «ONG », instituts de «sondage », télés privées...), techniques de manipulation de l'opinion. Une dénonciation cinglante de la démocratie "made in USA".
  Exposition,  projection de films dont  l’excellent  documentaire "VIVE TV, quand la révolution se fait télévision"*, réalisé par VIVE/ Escuela Popular y Latinamericana de Cine,  étonnant témoignage de l’aventure collective d´une télévision de gauche dans un pays en révolution, les participants ont pu sentir le souffle de l’épopée bolivarienne et antilibérale au rythme des chansons interprétées par  Tomas de Aquino et tout en savourant des spécialités locales.

Eva Golinger

Ambiance chaleureuse dans le cadre de l’intégration latino-américaine
avec la participation de nombreuses associations...


Qui mieux que France Cuba pour préparer le délicieux mojito ??



Repost 0
Published by Cercle Bolivarien de Paris - dans Accueil