Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte libre



VIDEO
Vea el documental
"Los Guerreros del Arcoiris"
Cooperativa Humana/YVKE Mundial
aporrea.org/internacionales/n113165.html

Recherche

5 mai 2007 6 05 /05 /mai /2007 13:30

Le Président vénézuélien Hugo Chavez a annoncé lundi 30 avril  la décision du Venezuela de se retirer de la Banque Mondiale et du Fonds Monétaire International en les qualifiant de "mécanismes de l'impérialisme" destinés à exploiter les pays pauvres. 
"J'annonce notre sortie de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international.

 Ils doivent nous rendre les fonds", a déclaré Hugo Chavez dans un message transmis par la télévision nationale.
"Il vaut mieux que nous sortions avant qu'on nous ait pillés. Pourquoi? Parce que (ces institutions) sont en crise. J'ai lu dans la presse que le FMI ne pouvait pas payer les salaires", a ajouté le Président vénézuélien lors d'une adresse à la nation à l'occasion de la Fête du 1er mai.
Le chef de l'Etat vénézuélien a chargé à cette occasion son ministre des Finances, Rodrigo Cabezas, de transmettre à ces deux organismes la sortie du Venezuela de leur sein.  "Ici (au Venezuela) c'est le FMI qui commandait, ce mécanisme aux mains de l'impérialisme nord-américain (...) afin de lui imposer des politiques économiques et sociales brutales", a poursuivi le chef de file de la gauche radicale latino-américaine réélu en décembre.  Selon lui, les ministres des Finances vénézué liens des cabinets précédents répondaient à des intérêts étrangers.
"Ils vivaient pratiquement là-bas à Washington et c'était presque une condition requise qu'ils parlent anglais. Moi j'ai un ministre des Finances qui parle espagnol", a-t-il souligné. 
Les Etats-Unis ont accusé M. Chavez d'être un élément destabilisateur en Amérique latine. La secrétaire d'Etat Condoleezza Rice a déclaré mercredi que M. Chavez détruisait son pays "économiquement et politiquement".

http://www.lematin.ma/Info/Article.asp?id=4031

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Cercle Bolivarien de Paris - dans Accueil