Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Texte libre



VIDEO
Vea el documental
"Los Guerreros del Arcoiris"
Cooperativa Humana/YVKE Mundial
aporrea.org/internacionales/n113165.html

Recherche

11 octobre 2008 6 11 /10 /octobre /2008 10:52

 

Sarah Testard    http://bellaciao.org/fr/spip.php?article72413  

 

Tandis que les membres des gouvernements néolibéraux du G7, du FMI et de la Banque Mondiale se réunissent ce vendredi à Washington, se cachant derrière une fausse volonté de trouver des solutions á un système économique en crise si enrichissant pour les élites, feignant le compromis avec les peuples et l’unité politique, tentant de dévier l’attention des citoyens sur les causes et solutions réelles de cette crise, cherchant des boucs-émissaires, promettant la lune et offrant des chiffres et des chimères, une autre voix se lève, celle des peuples du sud, et propose une alternative de développement économique durable et respectueux de tous les citoyens du monde.
Des économistes, chercheurs, dirigeants politiques et dirigeants sociaux des quatre coins du monde participent depuis mercredi 8 octobre à Caracas, capitale du Venezuela, à La Conférence Internationale d’Économie Politique : Réponses du Sud face á la Crise Economique Mondiale, où ils analysent et débattent sur l’actuelle crise économique mondiale, cherchent et proposent des solutions alternatives comme réponse au besoin urgent des peuples à se confronter á l’actuel système économique mondial, s’affrontant ainsi au modèle et aux organismes capitaliste actuels et au supposé plan de sauvetage des élites machiavéliques.
Ce forum, qui durera jusqu’au samedi 11 octobre, est organisé par le Centre International Miranda et par le Ministère de Planification et Développement du Venezuela. Il réunit des experts de différents pays d’Amérique Latine et des Caraïbes (Venezuela, Argentine, Chili, Équateur, Pérou, Paraguay, Mexique, Cuba), d’Amérique du Nord (Etats-Unis, Canada), d’Europe (Allemagne, Espagne, France, Angleterre, Belgique), d’Asie (Chine, Corée, Corée du Sud, Philippines), d’Océanie (Australie) et d’Afrique (Egypte).
Les thèmes à débattre comprennent entre autres la chute financière et économique mondiale, la crise et les modèles économiques, la désarticulation des politiques néolibérales et du Consensus de Washington, les axes et défis pour le développement économique des peuples, les nationalisations versus privatisations. Les problématiques suivantes seront de même développées : quels sont les paradigmes qui assoient les relations économiques internationales aujourd’hui : nouvelles alternatives ou néo dépendance? Quelles sont les politiques économiques appliquées par les pays du sud pour contrer les forces hégémoniques des centres de pouvoir économiques mondiales ? Comment se consolident les processus d’intégration régionaux qui aident á dépasser les asymétries entre les nations ?, entre autres.
Les résultats de ces discutions et les propositions qui découleront de ces dernières seront publiées, tout comme une série de recommandations pour les peuples, dans leurs différentes formes d’organisation.


  Intervention des experts, quelques mises en bouche

« Le processus de transformation que l’humanité et l’histoire nous exige est urgent. (…) L’humanité doit se demander quelle est la dimension objective du problème. La question est comment transformer ces rêves en réalité ». Pedro Páez, ministre de l’Économie d’Équateur.

« La crise financière mondiale est le résultat de l’irresponsabilité des politiques capitalistes mises en place par les gouvernements des pays mal nommés développés. (…) Mais heureusement, nos gouvernements se sont opposés à temps et ont créé des projets socialistes alternatifs à l’acharnement néolibéral qui veut nous imposer son schéma ». «Où sont les recettes de ces instruments multilatéraux qui prétendaient détenir les solutions à tous les problèmes liés au capitalisme ? ». Haiman El Troudi, ministre de Planification et Développement du Venezuela.
« Les pays latino-américains doivent s’unir pour se confronter, affronter et vaincre le capitalisme. (…) Il est nécessaire de changer le modèle productif, de réactiver l’économie, mais le faire de n’importe quelle façon sert les intérêts des classes dominantes. Le thème est de savoir pour qui on veut se développer, et il faut en finir avec l’insatisfaction des peuples et de leurs nécessités». Julio Gambina, économiste argentin.
« Cette crise marque le déclin idéologique du néolibéralisme ». Claudio Katz, économiste argentin.

Quand les utopies se veulent réalité… Quelques bribes du projet…

« Nous devons redéfinir des propositions spécifiques, basées sur les nécessités des peuples, garantissant les droits de l’homme et les nécessités basiques, avec des alternatives comme l’ALBA ou l’UNASUR », exprima Pedro Páez. Il a aussi proposé durant la conférence d’ouverture ce mercredi la création d’un Fond Monétaire Alternatif, et d’un réseau de banques centrales, entre autres.
Haiman El Troudi a lui exigé le control des mouvements de capitaux, la création de mécanismes de commerce juste, l’éradication du secret bancaire et la suppression des paradis fiscaux, la création d’un fond de sécurité social pour tous les peuples du monde et l’implantation d’un revenu social fixe, entre autres.
Le Président du Venezuela, Hugo Chavez, a exigé pour sa part la dissolution du FMI. « Les bases du capitalisme doivent disparaitre », a-t-il annoncé lors de la conférence d’ouverture. « Nous sommes dans une période cruciale, un modèle économique pervers touche à sa fin. (…) Heureusement qu’il existe ici les germes de l’ALBA et plusieurs initiatives économiques tel que la Banque du Sud ». Il a ainsi ajouté que “tandis qu’ils (les membres des gouvernements néolibéraux) discutent les possibilités de survie des banques de nord, ici au Venezuela jaillissent des profondeurs les banques communales ».

Note : La Fondation “Centre International Miranda” rattachée au Ministère du Pouvoir Populaire pour l’Education Supérieure du Venezuela, a pour objectif principal la promotion et diffusion des valeurs du système politique de démocratie participative et protagoniste à travers l’investigation, la réflexion et la formation, sur des problématiques stratégiques du processus de transformations politiques et de leurs liens avec les transformations économiques, sociales et culturelles impulsées par la Révolution Bolivarienne. Pour plus d’information : http://centrointernacionalmiranda.gob.ve/ (page en espagnol)

 

Partager cet article

Repost0
Published by Cercle Bolivarien de Paris - dans La Revolution Bolivarienne