Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Texte libre



VIDEO
Vea el documental
"Los Guerreros del Arcoiris"
Cooperativa Humana/YVKE Mundial
aporrea.org/internacionales/n113165.html

Recherche

6 mars 2008 4 06 /03 /mars /2008 13:53
Canciller-Venez-copie-1.jpgDans une tentative lâche et misérable d'éluder sa responsabilité politique dans l'agression planifiée et exécutée contre la République de l'Equateur, Monsieur Alvaro Uribe lance aujourd'hui la menace risible de traduire le président Hugo Chavez devant la Cour Pénale Internationale, en attaquant ainsi bassement l'honneur  du Chef de l'Etat vénézuélien et en constituant grossièrement un dossier sur la base d'inventions et de falsifications.
Alvaro Uribe a été unanimement condamné par l'opinion publique internationale pour avoir ordonné une attaque sanglante et déloyale contre le territoire de 'Equateur, violant ainsi des principes fondamentaux du droit public international.
Cette conduite éhontée est cohérente avec les crimes qui ponctuent le parcours politique d'Uribe, parmi lesquels se détachent ses liens familiaux et d'affaires avec des narcotrafiquants de l'espèce de Pablo Escobar Gaviria ou son rôle de fondateur et parrain d'organisations paramilitaires colombiennes coupables des plus horribles crimes de guerre.
Comme à son l'habitude, Uribe prétend dévier l'attention de l'opinion publique d'un délit dont il est aujourd'hui reconnu coupable : avoir ordonné la violation de l'espace aérien et terrestre de la République sœur de l'Equateur, et avoir donné l'instruction de bombarder son territoire.
C'est un bien  triste rôle que le gouvernement de Bush a ordonné de jouer à Alvaro Uribe, contre la patrie de Bolivar.
Nous remercions les leaders politiques, sociaux et intellectuels du monde pour leurs nombreuses démonstrations de solidarité et de soutien, face à l'infamie, le mensonge et la vile accusation de ce triste personnage qui dirige aujourd'hui la Colombie.
http://www.embavenez-paris.com/#frances

Bruit de bottes et rideau de fumée en Amérique latine,
Jean –Luc Melenchon
Le président colombien, Alvaro Uribe, essaie de détourner l'attention du cœur de l'affaire : la violation par l'armée colombienne du territoire équatorien. Ce n'est pas une première. Les paramilitaires colombiens entrent au Venezuela assez régulièrement. Avec le lancement du « Plan Colombie », la Colombie est devenue coutumière des incursions militaires chez ses voisins. Notamment via les groupes militaires conjoints avec les Etats-Unis. Ces incursions se sont multipliées, officiellement au nom de la lutte anti-drogue. Une couverture facile pour la répression politique ou les  opérations purement militaires. Mais surtout il y a le contexte, l'arrière plan non dit. Colombie et Venezuela sont aussi en conflit frontalier sur le partage du golfe de Maracaibo qui compte beaucoup de pétrole offshore. Les provocations d'Alvaro Uribe permettent de préparer une utile diabolisation de Chavez avant d'éventuels conflits publics à ce sujet. L'annonce par Bush de son soutien total (brrrr!) à la « démocratie colombienne » est ainsi tout un programme. Supposons que ce soit en haine du Venezuela. Mais pourquoi ne rien dire du fait que l'Equateur, victime de l'intrusion militaire colombienne,  est aussi une démocratie ! Enfin notons ce qu'il en est de cette démocratie colombienne ! Uribe est élu à chaque fois à la faveur d'un climat de terreur qui conduit la majorité de la population à ne pas voter : 56 % d'abstention à la présidentielle de 2006 où il l'a emporté avec 62 % des suffrages. Petite mention spéciale : Alvaro Uribe n'a pas hésité à faire modifier la constitution en 2004 pour pouvoir être réélu président en 2006 ! Cette possibilité de réélection indéfinie était jusque là exclue dans la constitution colombienne de 1991. Personne n'a rien trouvé à y redire aux Etats-Unis. Pourtant une proposition similaire a été violemment dénoncée chez Chavez et par nos robots médiatiques européens. Il est frappant de le voir dénoncer Chavez pour financement de la guérilla et autre sornettes douces aux oreilles des USA.   La Colombie n'a évidemment pour l'instant apporté aucune preuve des accusations sensationnelles contre le Venezuela et l'Equateur. En matière de financements illicites ou douteux, le président Uribe ferait mieux d'être discret. En 1991, un rapport officiel du Pentagone américain (rapport du Defense Intelligence Agency publié par l'hebdo NewsWeek en août 2004) classait Uribe parmi la centaine de personnalités directement impliquées dans le soutien au narcotrafic en Colombie. En tant que maire puis gouverneur puis sénateur de Medellin, il était alors décrit par les Etats-Unis comme un « Politicien et sénateur spécialisé [dedicated] dans la collaboration avec le Cartel de Medellin dans les plus hauts niveaux gouvernementaux », « ami proche » du célèbre parrain de la drogue Pablo Escobar.Le même rapport américain précisait au passage que, loin de la légende familiale de persécution par les FARC qu'Uribe reprend systématiquement, son père, Alfredo Uribe, a été « assassiné pour ses liens avec les narcotrafiquants ». Alvarado Uribe a obtenu que les Etats-Unis passent l'éponge en contrepartie d'un soutien indéfectible de la Colombie à leur politique impériale dans la région. Ce n'est pas tout.  Comme gouverneur de Medellin, Uribe a aussi directement soutenu la mise en place des réseaux paramilitaires (Autodéfenses Unies de Colombie) qui terrorisent le pays. Il a contribué au climat d'impunité dont ils jouissent. A Medellin puis au Sénat, il est devenu un spécialiste des « techniques de gestion des conflits », notamment par la militarisation des populations civiles et le développement de la délation. Il a notamment soutenu le général « pacificateur », Rito Alejo del Río, commandant de la 17e Brigade, qui s'est illustrée par de multiples exactions et massacres de masse.
Voila ce qu'est la figure de proue de la « démocratie colombienne » ! Ou peut on le lire où l'entendre ? Reste le résultat. L'assassinat du numéro 2 des FARC Raul Reyes fragilise les possibilités de libération des otages. Dont Ingrid Bettancourt. Alvarado Uribe manipule l'opinion internationale.  Faut-il l'aider en laissant dire ?
 



Partager cet article

Repost0
Published by Cercle Bolivarien de Paris - dans La Revolution Bolivarienne