Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Texte libre



VIDEO
Vea el documental
"Los Guerreros del Arcoiris"
Cooperativa Humana/YVKE Mundial
aporrea.org/internacionales/n113165.html

Recherche

11 novembre 2007 7 11 /11 /novembre /2007 18:11


  S’il y a quelqu’un qui est mal placé pour faire taire un autre dans les réunions ibéroaméricaines, c’est bien le roi d’Espagne, qui est le seul chef d’État ou de Gouvernement qui n’a pas été élu par ses citoyens. S’il y a des gens qui ont raison dans leurs interventions à la Conférence ibéroaméricaine, ce sont ceux qui traitent de fasciste José María Aznar et dénoncent la voracité impérialiste des entreprises espagnoles en Amérique latine.
   À la charge d’Aznar il suffit de rappeler sa complicité avec Bush et ses voyages dans l’avion du patron de la mafia qui organise les attaques terroristes à Cuba partant de Miami et qui a participé dans le financement de ses campagnes électorales. Quant au roi Juan Carlos, il suffit de lui demander pourquoi il ne demande pas au roi du Maroc de se taire à chaque fois que celui-ci manifeste sa souche dictatoriale. Contre les entreprises multinationales espagnoles, il suffit de leur rappeler qu’elles font leurs affaires en Amérique latine grâce à leur complicité avec ces gouvernements qui ont privatisé les entreprises pour les leur brader au rabais et avec la garantie d’opérer dans des marchés captifs. Il est plus qu’évident que Zapatero préfère se réconcilier avec Bush au lieu de faciliter la nouvelle et authentique intégration de l’Amérique latine.
   Qui a dit au Bourbon franquiste qu’il a l’autorité d’interdire de parole le président latino-américain le plus plébiscité ? Pourquoi Zapatero défend-il le fasciste Aznar au lieu de collaborer avec la nouvelle insurrection latino-américaine ?
   On peut vérifier dans les archives que le gouvernement d’Aznar et la CEOE (Confédération espagnole de chefs d’entreprise) ont été complices des USA dans le coup d’État (de 2002) contre Chávez. Et l’on peut aussi vérifier que tous les grands médias ont applaudi à ce coup et qu’ils furent obligés de faire amèrement marche arrière lorsque la légalité fut finalement rétablie. . Est-ce que le roi d’Espagne a demandé aux auteurs du coup d’État vénézuélien qu’ils se taisent ? Pourquoi tu ne te tais pas, Juan Carlos ?
AUTEUR:  José Manuel MARTIN MEDEM
Traduit par  Manuel Talens, révisé par Fausto Giudice
 
 
                                                 

Partager cet article

Repost0
Published by Cercle Bolivarien de Paris - dans Amérique Latine