Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Texte libre



VIDEO
Vea el documental
"Los Guerreros del Arcoiris"
Cooperativa Humana/YVKE Mundial
aporrea.org/internacionales/n113165.html

Recherche

10 novembre 2007 6 10 /11 /novembre /2007 12:42
ET LAISSER FAIRE CHAVEZ LA-BAS

arton3167.jpg

9 novembre 2007      par Muriel Knezek
La  désinformation virulente  et  le  saccage  médiatique  à  l’égard  du Venezuela demandent des éclaircissements. La politique menée par son président Hugo Chavez, largement critiquée, n’est-elle pas pourtant la solution au chaos ?
Serait-ce le monde à l’envers ou plutôt l’apogée de la dynastie des menteurs et des voyous ? A l’aube de ce nouveau siècle, sur notre Vieux Continent, celui des Lumières est bien loin de nous,  voire  tombé  dans l’obscurité des profondeurs malfaisantes.
Ainsi, de ce côté de la mer, la nouvelle politique d’Hugo Chavez au Venezuela, en place depuis 1998, nous est présentée comme un grand danger pour la démocratie et la liberté. La révolution bolivarienne effraie les petits esprits européens cantonnés dans leur conviction de l’efficacité du libéralisme et du laisser faire capitaliste, et ce malgré les dégâts prouvés qu’ils engendrent depuis des années. Le cheminement du socialisme du XXIe siècle, que met en route Hugo Chavez, est dépeint uniquement en référence d’une dictature implacable, digne de cette vieille Union soviétique dont hélas les souvenirs ne sont que désespoir, erreurs et honte. Le réveil social et populaire, propulsé par la politique du gouvernement vénézuélien, n’est transcrit que comme celui de ces Rouges, le couteau entre les dents. Barbares indigènes, populistes illuminés, militaires putschistes et dictateurs, révolutionnaires totalitaires, dangereux manipulateurs d’opinion, rêveurs  utopiques  peuvent  ainsi  résumer  l’idée  que l’on donne ici de ces hommes et femmes du changement.
On se doit donc de se demander qu’en est-il vraiment. Qui souhaite nous faire passer ce message ? Pourquoi la gouvernance vénézuélienne est-elle présentée comme telle et tant malmenée ? Et peut-être, avant tout, revenir sur la définition du socialisme - celui qui a échappé à cette gauche européenne, mais qui souhaite pour autant en garder l’image et en utiliser le nom. Ne serait-ce pas là, finalement, - dans ce détail de langage et d’étymologie -, qu’émerge le premier point d’achoppement ?
Partager cet article
Repost0
Published by Cercle Bolivarien de Paris - dans Le venin de la désinformation