Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Texte libre



VIDEO
Vea el documental
"Los Guerreros del Arcoiris"
Cooperativa Humana/YVKE Mundial
aporrea.org/internacionales/n113165.html

Recherche

14 décembre 2020 1 14 /12 /décembre /2020 11:35

Note de Venezuelainfos : La transparence des élections du 6 décembre au Venezuela a déjà été soulignée par les observateurs internationaux, notamment le Conseil des Experts Électoraux Latino-américains (CEELA), organe indépendant et pluraliste regroupant des présidents de tribunaux électoraux de tout le continent (1), ou le Groupe de Puebla, un arc progressiste fondé par d’ex-président.e.s, ministres, député.e.s comme Dilma Roussef, Ernesto Samper, Lula da Silva, Adriana Salvatierra, Veronika Mendoza, Rafael Correa ou Evo Morales (2). Les gouvernements du Mexique, de Bolivie et d’Argentine ont refusé de suivre une résolution de l’OEA contestant ce scrutin (historiquement inféodé à Washington, cet organisme a soutenu le coup d’État contre la victoire d’Evo Morales en 2019) (3). Par ailleurs le leader de l’opposition vénézuélienne Capriles Radonsky, deux fois candidat à la présidence, a déclaré à la BBC: « La plus grande erreur a été de mettre la solution à la crise entre les mains de Trump. Il était plus qu’évident que c’était un jeu interne pour gagner la Floride. Guaido est fini, il n’existe plus ». (4)

https://venezuelainfos.wordpress.com/2020/12/12/meme-lopposition-considere-que-lelection-au-venezuela-est-legitime-par-vijay-prashad-peoples-dispatch-globetrotter/

A Caracas, l’historien indien Vijay Prashad, observateur du scrutin, s’est entretenu avec les dirigeants des cinq principaux partis d’opposition au Venezuela qui ont participé aux élections du 6 décembre et ont rejeté le boycott du processus électoral réclamé par un Juan Guaidó appuyé par les États-Unis.

Le parti d’opposition COPEI tient une conférence de presse le 10 décembre à la suite des élections législatives au Venezuela. Leur alliance a remporté 17% des sièges à l’Assemblée. La bannière porte l’inscription « la lutte passe par le vote », pour exprimer leur position contre le boycott du processus par l’extrême droite. Photo : COPEI

Avant les élections à l’Assemblée nationale du 6 décembre au Venezuela, le gouvernement des États-Unis a entamé une campagne visant à délégitimer le processus. Les USA ont sanctionné la présidente du Conseil national électoral (CNE) et les membres de l’opposition qui avaient décidé de se présenter aux élections. Quelques heures seulement après l’élection, le gouvernement états-unien et son ombre portée (l’Union européenne) – ainsi que leurs alliés néo-libéraux en Amérique latine – ont annoncé, comme on pouvait s’y attendre, que les élections avaient été « frauduleuses ». Pas besoin de preuves ; il suffit de répéter la doxa médiatique – une élection dans un pays dont le gouvernement conteste l’autorité américaine ne saurait être légitime.

Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a déclaré que l’élection était une « farce politique » et une « mascarade », et qu’elle « ne répondait à aucune norme minimale de crédibilité ». Le haut représentant de l’Union européenne (UE) a essentiellement imité la déclaration de Pompeo au point d’utiliser le même lexique; l’UE a déclaré que le Venezuela « n’a pas respecté les normes internationales minimales pour un processus crédible ».

Ces déclarations semblent avoir été écrites quelques jours avant l’élection. Elles manquaient de détails sur les événements réels sur le terrain, et ni les États-Unis ni l’UE n’avaient d’observateurs électoraux sur place. (Pour mémoire : J’étais au Venezuela en tant qu’observateur électoral pour le compte du CNE).

L’opposition vénézuélienne

Pompeo a déclaré que « la plupart des partis politiques indépendants et des organisations de la société civile du Venezuela… rejettent ces élections fictives ». Une déclaration stupéfiante, en particulier quand il s’agit de la question des « partis politiques indépendants ».

La veille de l’élection, j’ai participé à une réunion officielle avec les dirigeants des cinq principaux partis d’opposition qui ont participé aux élections. Deux de ces partis forment la particratie de « Punto Fijo », l’ancien establishment politique qui a dominé le gouvernement du pays sans interruption de 1959 à 1999 : Acción Democrática (AD) et Comité de Organización Política Electoral Independiente (COPEI). Les dirigeants de l’AD et du COPEI – tels que Pedro José Rojas (AD) et Juan Carlos Alvarado (COPEI) – ont déclaré que les élections avaient peut-être été entachées des irrégularités habituelles, mais qu’il n’y avait aucune preuve de fraude avant les élections.

Bruno Gallo (Avanzada Progresista) m’a dit qu’il avait passé 10 ans à examiner de près le CNE pour fraude, avec l’intention de le miner, mais qu’il n’avait trouvé aucune preuve de fraude soutenue. C’est une élection équitable, a-t-il dit.

En finir avec la fake-présidence de Guaido

Timoteo Zambrano, un leader de Cambiemos Movimiento Ciudadano, m’a dit que le résultat clé de l’élection de la nouvelle Assemblée nationale est de « mettre fin à la dualité du pouvoir au Venezuela ». Tous ces chefs de partis ont déclaré qu’ils en avaient assez des excès de « l’opposition extrémiste », au centre de laquelle se trouve Juan Guaidó et le parti Voluntad Popular de Leopoldo López (qui vit maintenant au sein de la communauté des ultra-riches vénézuéliens, dans le quartier de Salamanca à Madrid). Gallo a déclaré que ce groupe pratiquait des « sales coups » ; Guaidó et López représentent le gouvernement états-unien plus que le peuple vénézuélien.

« Mettre fin à la dualité du pouvoir » signifie oublier le « fake-gouvernement » de Guaidó imposé au peuple vénézuélien par le président Trump. Quelques jours après l’élection du 6 décembre, celui qui a été deux fois candidat de l’opposition à la présidence, Henrique Capriles, a donné une interview à la BBC, où il a demandé aux États-Unis de cesser de soutenir Juan Guaidó. « La nouvelle administration », a déclaré M. Capriles en faisant référence à la prochaine présidence de Joe Biden, « doit comprendre que ce plan est épuisé et qu’on ne peut pas donner une continuité au statu quo du soi-disant « gouvernement de transition » de Guaido ». M. Capriles, qui vit à Caracas, a déclaré qu’aucune solution politique « ne peut être conçue sans tenir compte des 25 millions de Vénézuéliens ».

En d’autres termes, l’avenir politique du Venezuela ne peut plus être dicté depuis Washington. Mais, a admis M. Capriles, l’opposition est en plein désarroi. « Nous entrons dans un désert », a-t-il dit à propos de ses collègues de l’opposition. « Sans volonté de mettre fin au système Guaido », a noté M. Capriles, « nous allons disparaître comme alternative dans ce pays. »

L’échec des médias

Les médias du monde l’Atlantique Nord dictent ou reprennent les déclarations du Département d’État états-unien et de l’Union européenne. Ils se contentent de dire que l’élection a été frauduleuse et que l’Assemblée nationale qui sera inaugurée le 5 janvier est illégitime. C’est la somme totale de la couverture médiatique.

Julie Turkewitz du New York Times, par exemple, a écrit un article qui ignorait toute l’existence de l’opposition non-putschiste au Venezuela, y compris des deux principaux partis (AD et COPEI). Le titre était « Le Venezuela vote lors d’une élection que l’opposition qualifie de mascarade », mais la seule « opposition » à laquelle il fait référence était l’extrême droite putschiste de Guaido mise en place par le Département d’État américain.

Tom Phillips, écrivant… depuis Rio de Janeiro pour le Guardian, a encadré son article par une citation de Juan Guaidó. Le titre : « Maduro resserre son emprise sur le Venezuela en remportant les législatives boycottées ». Qui a boycotté le vote ? Ni AD ni COPEI, ni le principal parti évangélique (Esperanza por El Cambio) ni le principal parti libéral (Cambiemos Movimiento Ciudadano). Phillips ne fait que considérer du doigt Guaidó alors même qu’il a noté que l’autorité de Guaidó sur l’opposition était nulle.

Ni Turkewitz ni Phillips ne nous informent sur es positions de l’opposition principale au Venezuela, alors qu’elle recherche un dialogue national dans le pays sans interférence de Washington et sans que l’épée du « changement de régime » ne pèse sur le gouvernement élu.

C’est à plusieurs reprises que le gouvernement du président Nicolás Maduro a eu des discussions avec cette opposition crédible. M. Zambrano a déclaré que la nouvelle Assemblée nationale doit constituer une commission chargée d’étudier l’impact des sanctions – ou du blocus, comme l’a appelé Juan Carlos Alvarado de la COPEI – sur le peuple vénézuélien. De telles mesures visant à rétablir l’intégrité du processus politique – attaqué par le gouvernement des USA par le biais de son alliance avec López et Guaidó – sont essentielles pour le peuple vénézuélien. L’élection du 6 décembre et l’inauguration de la nouvelle Assemblée nationale le 5 janvier 2021 sont le début de ce processus de reconstruction du monde politique au Venezuela. Le message du gouvernement de Maduro et de l’opposition crédible est le même : Washington, ne vous immiscez pas dans notre vie politique.

L’auteur : Vijay Prashad est un historien, rédacteur et journaliste indien. Il est rédacteur et correspondant en chef de Globetrotter, un projet de l’Institut des médias indépendants. Il est le rédacteur en chef de LeftWord Books et le directeur de Tricontinental : Institute for Social Research. Il a écrit plus de vingt livres, dont The Darker Nations : A People’s History of the Third World (The New Press, 2007), The Poorer Nations : A Possible History of the Global South (Verso, 2013), The Death of the Nation and the Future of the Arab Revolution (University of California Press, 2016) et Red Star Over the Third World (LeftWord, 2017). Il écrit régulièrement pour Frontline, the Hindu, Newsclick, AlterNet et BirGün.

Article produit par Globetrotter

Source : https://peoplesdispatch.org/2020/12/11/even-the-opposition-believes-venezuelas-election-was-legitimate/

Traduction de l’anglais : Thierry Deronne

Notes:

(1) https://venezuelanalysis.com/news/15072

(2) http://www.mppre.gob.ve/2020/12/10/declaracion-del-grupo-de-puebla-sobre-las-elecciones-legislativas-en-venezuela/

(3) https://www.nodal.am/2020/12/sin-los-votos-de-argentina-bolivia-y-mexico-la-oea-desconoce-las-elecciones-parlamentarias-de-venezuela/

(4) https://www.bbc.com/mundo/noticias-america-latina-55242142

URL de cet article : https://t.co/31Azu9FDby?amp=1

Partager cet article
Repost0