Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Texte libre



VIDEO
Vea el documental
"Los Guerreros del Arcoiris"
Cooperativa Humana/YVKE Mundial
aporrea.org/internacionales/n113165.html

Recherche

25 juillet 2018 3 25 /07 /juillet /2018 18:33
MEXIQUE : LETTRE DU NOUVEAU PRESIDENT LOPEZ OBRADOR A DONALD TRUMP

Mexico, 12 juillet 2018

A Mr. Donald J. Trump

Président des Etats-Unis d'Amérique.

 

Je souhaite, en premier lieu, vous remercier pour la bonne disposition et le traitement respectueux que vous nous avez manifestés dès 2 juillet dernier, lors de notre longue conversation téléphonique. J'apprécie aussi l'assistance d'une délégation de secrétaires de votre cabinet et d'autres hauts fonctionnaires à mon bureau pour engager des conversations sur l'avenir des relations entre nos pays.

Comme je l'ai dit lors de notre conversation, je vous soumets la proposition suivante dont le but est d'engager une nouvelle étape dans les relations entre le Mexique et les Etats-Unis basée sur le respect mutuel et l'identification des domaines d'entente et d'intérêts communs.

Je vous propose, en premier lieu, de faire un effort pour avancer complètement dans les domaines importants dans lesquels réside l'essence des relations bilatérales : le commerce, la migration, le développement et la sécurité. Bien entendu, il y a d'autres domaines très importants dans notre avenir mais je considère qu'il faut trouver une voie commune dans ces 4 domaines pour avancer sur d'autres points des relations bilatérales.

Le Mexique, Monsieur le Président Trump, est le foyer de la plupart des Etasuniens qui vivent hors de l'Union Américaine. De même, les Etats-Unis sont le foyer de la plupart des Mexicains qui vivent hors de nos frontières. Je considère que l'entente que je vous propose dans cette lettre devrait nous conduire à un traité digne qui respecte ces communautés.

En matière de commerce, il me semble qu'il vaut la peine de faire un effort pour conclure la renégociation du Traité de Libre Commerce de l'Amérique du Nord. Je pense que prolonger l'incertitude pourrait freiner les investissements à moyen et à long terme, ce qui évidemment, rend plus difficile la croissance économique au Mexique et, par conséquent, la stratégie du Gouvernement que je vais devoir diriger qui cherche à générer des emplois et à améliorer les conditions de vie de tous les Mexicains. Sur ce point, je vous propose de reprendre les négociations avec les représentants du Mexique, du Canada et des Etats-Unis. Notre équipe de transition y participera en coordination avec les fonctionnaires de l'actuel Gouvernement mexicain.

Au sujet de la migration, je dois dire que le but principal de mon Gouvernement sera d'obtenir que les Mexicains n'aient plus besoin de migrer à cause de la pauvreté ou de la violence. Nous ferons que la migration soit un choix et non une nécessité. Nous nous efforcerons d'obtenir que les gens trouvent du travail et le bien-être sur leur lieu d'origine où sont leur famille, leurs coutumes et leur culture. Pour atteindre ce but fondamental, le Gouvernement entrant mènera à bien le plus gros effort qui ait jamais été fait au Mexique. 

Le nouveau projet de pays que nous mettrons en pratique consistera à éradiquer la corruption, abolir l'impunité, agir avec austérité et destiner tout ce qui sera épargné au financement du développement du pays.

Dès le 1° décembre de cette année, nous ferons plus d'investissements publics qui sera utilisé comme capital d'amorçage pour fomenter l'investissement privé et pour consacrer des budgets importants à la production, à la création d'emplois, à la réactivation du secteur agro-alimentaire et énergétique, à l'éducation, à la culture et à la santé ainsi qu'au développement régional du sud au nord en mettant en pratique des projets pour retenir la population dans ses villages en lui donnant plus d'opportunités de travail et de bien-être.

Ainsi, par exemple, nous allons semer un million d'hectares d'arbres fruitiers et d'arbres à bois dans le sud-est du pays autant pout leurs effets de rétablissement de l'écologie que pour créer 400 000 emplois. On organisera le tourisme dans les Caraïbes et dans les zones archéologiques des cultures olmeca et maya, c'est pourquoi nous allons construire une voie ferrée pour un train à grande vitesse qui fera le trajet Cancún-Tulum-Bacalar- Calakmul-Palenque.

On créera aussi un corridor économique et commercial dans l'isthme de Tehuantepec. Ce projet implique de profiter de la situation stratégique de cette bande du territoire national pour unir le Pacifique et l'Atlantique et ainsi faciliter le transport de marchandises entre les pays d'Asie et la côte est des Etats-Unis.

Il s'agit d'un corridor de 300 kilomètres dans lequel on construira une voie ferrée pour le transport de conteneurs. La route existante sera élargie, on rénovera les ports de Salina Cruz et Coatzacoalcos, on profitera du pétrole, du gaz, de l'eau, du vent et de l'électricité de la région et on installera des usines pour assembler des pièces et fabriquer des articles manufacturés.

Toute cette zone de l'Isthme deviendra une zone libre ou franche. Evidemment, ce projet sera mené à bien sans qu'il soit porté atteinte à notre souveraineté et on encouragera la participation du secteur public, privé et social. Dans ce cas, dans tout autre projet, on tiendra compte de l'impact environnemental et on ne portera pas atteinte aux droits des populations et des propriétaires des terres. Au contraire, ils seront pris en compte, consultés et incorporés au projet comme une partie importante.

En particulier, les propriétaires des terres qui feront partie de ce corridor seront invités à participer en tant qu'actionnaires de l'entreprise qui sera constituée. La construction de ces œuvres et les usines qui seront installées génèreront un grand nombre d'emplois et on évitera, grâce à cela, que les jeunes de la région continuent à émigrer vers le nord pour trouver du travail.

De même, nous fomenterons le développement, tout le long des 3 185 Km de frontière avec les Etats-Unis et là, on créera une zone libre ou franche pour promouvoir l'investissement, le développement de la production et de la technologie ainsi que la création d'emplois. Ce sera le dernier rideau pour retenir les travailleurs sur notre territoire.

Précisément, je signale ce qui suit : les douanes mexicaines vont pouvoir agir vers le sud, à 20 ou 30 km de la ligne frontière. Dans la zone libre ou franche, on réduira l'Impôt Sur le Revenu (ISR) à 20%, l'Impôt sur la Valeur Ajoutée (TVA) sera de 8% en moyenne, la moitié de son taux actuel.

En particulier dans les villes frontalières, on appliquera le même taux d'imposition que du côté étasunien, c'est à dire qu'en Californie, ils paient 8,5%, en Arizona, 8,2%, au Nouveau Mexique, 7,5% et sur la frontière avec le Texas, 8,2%. On réduira les impôts Spéciaux sur la Production et les Services (IEPS) pour que l'essence, le diésel et l'électricité soient au même prix qu'aux Etats-Unis : dès le 1° décembre, dans toute la zone libre de la bande frontalière, on doublera le salaire minium par rapport à celui en vigueur actuellement.

Il s'agit d'une question de justice et il n'y a aucun risque d'inflation parce qu'il y aura, comme nous 'avons dit, une réduction des impôts et des prix de l'énergie de sorte que, en augmentant les salaires et en baissant les autres prix, le niveau général des prix restera le même ou même pourrait baisser. Dans toutes les villes de cette zone libre, on mettra en place un plan urbain intégral qui comprendra une mise en ordre de l'utilisation du sol, l'introduction de l'eau potable, le drainage, le pavage des rues, la construction de logements, de garderies, d'unités sportives, d'espaces culturels, d'écoles, d'hôpitaux et d'autres travaux et d'autres services.

Il y aura beaucoup de changements, Monsieur le Président Trump et dans cette nouvelle ambiance de progrès et de bien-être, je suis sûr que nous pourrons arriver à des accords pour affronter ensemble aussi bien le phénomène migratoire que le problème de l'insécurité sur la frontière, sur la base de la coopération pour le développement et sous le principe que la paix et la tranquillité sont les fruits de la justice. Tout cela dans le respect absolu des droits de l'homme.

Je considère également, comme je l'ai dit lors de notre conversation téléphonique, qu'on doit s'occuper totalement et aller jusqu'au fond du problème migratoire grâce à un plan de développement qui comprenne les pays d'Amérique Centrale dans lesquels des millions d'habitants n'ont aucune opportunité de travail et se voient obligés de quitter leur village pour trouve une vie meilleure et faire baisser leur faim et leur pauvreté.

Je vous affirme que mon Gouvernement est prêt à présenter à notre Congrès de l'Union cette initiative et cette proposition de budget pour contribuer avec des ressources économiques et notre propre expérience à cet effort conjoint. Si nous participions à ce plan, nous, les Etats-Unis et le Mexique, et nous y incluions les pays d'Amérique Centrale et que nous apportons chacun selon la dimension de notre économie, nous pourrions réunir une quantité considérable de ressources pour le développement de la région qui seraient destinées à 75% au financement de projets pour créer des emplois et combattre la pauvreté et à 25% au contrôle de la frontière et à la sécurité.

De sorte que, je le répète, nous nous attaquerions aux causes qui provoquent le phénomène migratoire. En même temps, chaque Gouvernement, du Panamá au Río Bravo, travaillerait à rendre inutile la migration économique de ses citoyens et à s'occuper de ses frontières pour éviter la transport illégal de marchandises, d'armes et le trafic de drogues et ce serait, pensons-nous, la façon la plus humaine et efficace de garantir la paix, la tranquillité et la sécurité de nos peuples et de nos nations.

Monsieur le Président Trump, j'attends vos commentaires concernant mes propositions destinées à une entente amicale et de respect mutuel avec vous, avec votre peuple et avec la grande nation que vous représentez.

Le Mexique et les Etats-Unis ont été 2 pays qui, entre autres choses, par leur situation géographique, ont eu une histoire commune hors du commun. Il y a eu des moments de tension et de différends ainsi que d'autres d'entente et de respect. Beaucoup de bonnes choses nous unissent. Des liens qui ne peuvent être rompus : la culture, la langue, les traditions et surtout une longue amitié et beaucoup de solidarité. En l'honneur de tout cela, nous devons continuer à travailler la main dans la main pour nous aider mutuellement. 

En ce qui concerne la politique, le fait que tous 2, nous sachions faire ce que nous disons et que nous ayons affronté l'adversité avec succès m'encourage. Continuons à mettre nos électeurs et nos citoyens au centre et à évincer l'establishment ou le régime prédominant. Tout est prêt pour commencer une nouvelle étape dans les relations de nos sociétés sur al base de la coopération et de la prospérité. Faisons-le.

Je vous adresse une accolade affectueuse.

Andrés Manuel López Obrador

  • Source: LA JORNADA

traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos  http://bolivarinfos.over-blog.com/ 2018/07/mexique-lettre-de-lopez-obrador-a-trump-texte-integral.html

Partager cet article

Repost0