Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Texte libre



VIDEO
Vea el documental
"Los Guerreros del Arcoiris"
Cooperativa Humana/YVKE Mundial
aporrea.org/internacionales/n113165.html

Recherche

22 mai 2018 2 22 /05 /mai /2018 17:25

Y avait-il des armes de destruction massive en Irak ? Non. Y a-t-il une dictature au Venezuela ? Non. La démocratie au Venezuela est un fait irréfutable, même si le président des États-Unis dit le contraire. Ce ne sera pas la première ou la dernière fois que ce qu'ils appellent la communauté internationale constitue une excuse pour faire ce qu'ils veulent vraiment. Il y a plus de quinze ans, le 16 mars 2003, le trio des Açores (Bush-Blair-Aznar) a inventé ce que personne ne pourra jamais prouver pour intervenir dans un pays, le bombarder et conserver tous ses puits de pétrole. Aujourd'hui, quelque temps après, l'histoire se répète.

Dans ce cas, sur le Venezuela. Le Groupe de Lima et l'Union européenne servent d'amplificateurs de ce que le gouvernement américain décide. Et il y a quelque temps, ils ont décidé que le Venezuela avait une dictature, malgré le fait que 24 élections avaient eu lieu en deux décennies. Ils ont également décidé qu'il y avait une dictature parce qu'en 2015 et 2016 il n'y a pas eu d'élections présidentielles, même si elles ne correspondaient pas, conformément au mandat constitutionnel. Et maintenant que les élections attendues arrivent, ils décident qu'il y a une dictature parce qu'il n'y a pas d'opposition, malgré le fait qu'il y a deux candidats (Falcón et Bertucci) avec des propositions qui sont complètement antagonistes à celles du candidat et du président Nicolás Maduro. A tel point que Falcón a proposé la dollarisation du pays et l'utilisation du FMI pour sortir de la situation économique compliquée du pays.

Une dictature dans laquelle il existe des alternatives si différentes ? Une dictature dans laquelle il n'y a pas eu d'incidents notables pendant toute la campagne électorale ? Une dictature dans laquelle le principal journal d'opposition, El Nacional, fait la une le même jour que les élections "L'absence de garanties et d'avantages obscurcit le processus électoral" ? Une dictature dans laquelle le corps électoral a un recteur (Luis Emilio Rondon) qui dénonce une sorte d'irrégularité ?

Il n'y a pas de démocratie parfaite. Ni au Venezuela, ni ailleurs dans le monde. Il y a une infinité d'exemples de vices de procédure dans toute nomination électorale. Voir récemment la Colombie lors de ses élections législatives, où il manquait des bulletins de vote dans de nombreux bureaux de vote. Les règles démocratiques peuvent également être discutées, comme aux États-Unis, où ce n'est pas le président qui obtient le plus de voix. Quelqu'un parle-t-il de dictature dans ce pays ? Nous ne sommes peut-être pas d'accord avec les présidents élus avec très peu de voix, comme c'est le cas de Rajoy en Espagne, qui n'a obtenu que 21,74 % des électeurs inscrits.

La démocratie mérite tous les débats possibles pour qu'elle puisse être améliorée. Tu dois toujours exiger plus de lui. Non seulement en termes de procédure, mais aussi dans le sens le plus large du terme. Le Venezuela est un pays qui a fait tout ce qui était nécessaire en ce XXIe siècle pour assurer un système démocratique plus profond. Les Vénézuéliens, et en particulier les Chavistas, comme les élections. Plus d'un par an en moyenne. Tout est en ordre. Ceux qui ont été perdus, même par le plus petit montant (référendum constitutionnel de 2007), ont été reconnus. Nul ne peut douter de la démocratie vénézuélienne, qui dispose également d'un système de dépouillement électoral très sûr, soutenu par le même ancien président des États-Unis, Jimmy Carter. Zapatero lui-même, l'ancien président espagnol, a également confirmé il y a quelques jours que les Vénézuéliens voteront librement.

Et c'est ce qu'ils ont fait. Les Vénézuéliens se sont rendus aux urnes. Dans une démocratie. Ils ont élu Nicolas Maduro à la présidence à la majorité de 67,7% des voix, disposant ainsi de tout le soutien nécessaire pour gouverner dans les années à venir. L'opposition était loin derrière : Falcon 21,2% et Bertucci 10,7%. Falcon est laissé sans force électorale légitime pour assumer la tâche de façonner une alternative. Les évangéliques apparaissent sur la scène. Nous verrons ce qui leur arrivera à l'avenir. Et, pour sa part, l'opposition antidémocratique n'a pas participé à la réunion démocratique.

Par Alfredo Serrano Mancilla http://www.celag.org/sobre-la-democracia-en-venezuela/

http://b-tornare.overblog.com/2018/05/sur-la-democratie-au-venezuela.html                           Traduction Bernard Tornare    

 

Partager cet article

Repost0
Published by CELAG - dans Le Venezuela